Choisir son navigateur web, toute une histoire!

11/7/20

Actualités

À la suite de notre article sur les différents moteurs de recherche, il apparaissait intéressant de désormais se pencher sur les navigateurs Internet. Bon nombre de navigateurs Internet sont présents sur le marché, et nous allons ici vous en dresser une liste (non-exhaustive et incomplète) afin de pouvoir vous en faire connaître certains et d’observer les principaux avantages et inconvénients de chacun.

- Google Chrome. Sans doute le plus populaire. En effet, il est présent sur les appareils mobiles Android et beaucoup apprécient ses performances sur ordinateur. Il est de plus facile d’utilisation et sécurisé. Tous les sites y sont lisibles (notamment administratifs), il fonctionne sur les machines les plus modestes et il peut s’avérer impressionnant d’efficacité pour des gamers online. Google a écrasé la concurrence avec ce navigateur qui connaît une évolution constante grâce à deux mises à jour par mois qui le gardent au top de ses capacités. Le seul reproche qu’on lui voit souvent attribué est qu’étant lié à Google, il est l’un des outils de récolte de données par le géant américain (le modèle économique de Google repose sur la collecte de données personnelles à destination de profilage publicitaire). De plus, et c’est une conséquence de son succès, il est l’un des navigateurs les plus touchés par les hackers, même si d’énormes progrès ont été fait en matière de sécurité ces derniers mois / ces dernières années (le navigateur vous affiche même depuis octobre 2018 quand un site que vous souhaitez consulter n’est pas sécurisé).

- Safari. Le navigateur web par défaut des MacOS (il est impossible de l’utiliser sur un ordinateur équipé de Windows) continue de convaincre une grande partie des utilisateurs d’Apple. Une grande synchronisation des informations et des données y est proposée, ce qui aide notamment aux partages des pages sur les réseaux sociaux (très pratique selon votre profession, ou même simplement selon votre activité sur ces mêmes réseaux). S’il n’est pas présent sur Windows, grâce à iCloud pour Windows, vous pouvez même synchroniser vos favoris iCloud sur un appareil Windows et l’un des trois grands navigateurs que sont Google Chrome, Mozilla Firefox ou Internet Explorer.

- Mozilla Firefox. Sans doute la meilleure alternative existante à Google Chrome et l’un des plus modernes et complets du marché actuel. Après une longue période sans trop de succès au début des années 2010, le navigateur revient aujourd’hui en force notamment grâce à sa version Quantum (novembre 2017). Firefox a même été un moment plus rapide que Chrome (consommation d’un tiers de mémoire en moins notamment). Toujours rapide, il consomme désormais à nouveau plus de mémoire et se révèle un peu faiblard face à certains nouveaux standards du web. Mais des qualités sont toujours présentes, notamment au niveau du design et de l’architecture, même si l’épuration rappelle fortement Chrome. Plusieurs points forts sont à relever, de la lecture vidéo (si l’on ne se sert pas de configuration bas de gamme) aux tutoriels en passant par la boutique Firefox Add ons qui permet un profond enrichissement du navigateur. Il y a aussi un intérêt éthique, Mozilla n’exploitant pas les données de ses utilisateurs (fondation à but non lucratif). Seules les données techniques à but d’amélioration sont collectées. La sécurité est bien assurée par des paramétrages internes.

- Internet Explorer. Sûrement le navigateur le plus célèbre, mais aussi le plus décrié en lien à ses performances. Qui n’a jamais entendu la blague selon laquelle la seule utilité d’Internet Explorer est d’installer un autre navigateur? La partie qui lui est consacrée ici sera très courte. En effet, bien que présent depuis 1995, ses mises à jour ne sont plus d’actualité (aucune MAJ depuis 2015) et il ne respecte plus les standards d’Internet. La navigation est donc tronquée. Même Microsoft recommande de ne plus l’utiliser, et nous n’allons donc pas tenter de vous vendre ses mérites ici.

- Brave. Il est un important challenger face aux principaux navigateur. Fondé par Brendan Eich (créateur du langage JavaScript et cofondateur de Mozilla), il mise tout sur la sécurité et la rapidité. La protection de la confidentialité de ses utilisateurs est essentielle, et même la page d’accueil affiche le nombre de pisteurs et de logiciels bloqués durant l’utilisation. En plus de cela, un navigateur alternatif de haute sécurité est proposé, basé sur Tor, afin de permettre la meilleure navigation privée possible. Plein de blocages sont possibles (réseaux sociaux, boutons de Google ou Facebook, etc.). Le design est très proche de Google Chrome. Attention toutefois au principal inconvénient du navigateur, c’est qu’il peut pêcher au niveau de la stabilité. Des bugs s’observent par moments, notamment face à un nombre trop important d’onglets ouverts (comme ce que les autres principaux navigateurs connaissaient quelques années en arrière).

- Microsoft Edge. Face à l’échec d’Internet Explorer, il s’agit là d’un navigateur lancé en 2015 (date qui correspond donc à la fin des mises à jour d’Internet Explorer), voulu plus rapide, léger et moderne et adaptable aux mobiles (avez-vous déjà vu Internet Explorer sur du mobile?). Cela a été compliqué, et le résultat ne fait pas encore l’unanimité. Microsoft s’est centré sur les performances plutôt que les fondamentaux qui font plaisir aux utilisateurs. Très peu de fonctionnalités sont présentes, ce qui ne s’explique que difficilement vu les ressources dont dispose Microsoft... Intégré dans Windows 10, d’autres navigateurs lui sont préférés par les utilisateurs, ce qui rappelle déjà la malheureuse expérience Internet Explorer. Edge est désormais abandonné en sa forme actuelle au profit du nouveau Edge Chromium, parfaitement identique à Google Chrome. Il s’agit d’une version test, donc de laquelle nous ne tirerons pas encore de conclusions.. Une nouvelle version est peut être même déjà prévue pour l’année prochaine... Attendons de voir...

- Opera. Sans aucun doute le navigateur le plus personnalisable pour ses utilisateurs. Il est l’un des plus innovants existants actuellement! C’est par ces aspects qu’il se démarque de la concurrence. Rapide et original, il est possible de l’adapter à de nombreux usages grâce à un grand nombre d’options. Le navigateur est efficace et performant bien que quelques sites (administrations notamment) ne fonctionnent pas. Opera peut fonctionner sur tout type de machine aussi modeste soit-elle, demandant moins de ressources que d’autres. Mais les plus novices ne se sentiront sans doute pas à l’aise en l’utilisant, n’étant pas des plus intuitifs. En ce qui concerne la confidentialité, il est possible de limiter la collecte des données.

- Vivaldi. Bien que peu utilisé, il fait partie des navigateurs originaux qui possèdent de bons arguments pour convaincre ses utilisateurs. Inspiré d’Opera et se basant sur Chrome, il vise un public averti. Il est tout d’abord possible d’empiler ses onglets afin d’éviter d’en avoir trop ouverts d’un coup. En les glissant les uns sur les autres, vous pouvez regrouper par exemple les réseaux sociaux. Dans un même onglet vous pouvez avoir plusieurs sites, ce qui change cependant l’affichage des onglets et peut le complexifier (nous vous avons parlé de public averti...).

- Waterfox. Véritable alternative à Firefox mais sous Quantum, il a surtout séduit certains utilisateurs de Mozilla qui doutaient sur les réelles conditions de confidentialité (utilisation d’outils de traque de Google, transmission de données utilisateurs, etc.). Les réponses apportées par Waterfox sont bien plus franches en matière de sécurité que celles de Firefox. Les différences avec Firefox sont d’ailleurs minimes à première vue, difficiles à voir même. Plus les versions avancent et plus la navigateur se simplifie. La rapidité convainc les utilisateurs. En effet, Waterfox se vante d’être plus rapide que Chrome, et les utilisateurs sous Windows 10 le confirment. L’un des autres avantages est que Waterfox est à l’écoute des demandes de ses utilisateurs (Mozilla prétend l’être, mais a prouvé le contraire à plusieurs reprises).

- Iridium Browser. Privé et sécurisé, il est une proposition d’alternative aux autres navigateurs par l’Open Source Business Alliance. Il a été construit sur le code Chromium de Google, qui a par la suite été retiré pour des raisons de sécurisation de l’ordinateur lors de la navigation. Petit détail qui peut taper dans l’oeil, il possède son propre moteur de recherche. Irridium Browser peut tourner sous Windows, Mac OSX et Ubuntu/Debian, et une version portable existe également. Ceux qui le choisissent le faisant principalement pour des raisons de sécurité, il arrive souvent de voir un VPN personnel présent en plus, afin de sécuriser encore plus notre anonymat Internet.

Précédent
Suivant
Découvrez un article au hazard 🎲