L’Histoire de Facebook

5/10/20

Actualités

Facebook est un réseau social qu’il n’est plus nécessaire de présenter. Au deuxième trimestre 2020, le géant américain possédait 2.7 milliards de comptes utilisateurs actifs. Le nombre d’internautes à travers le monde étant de 4.5 milliards, les chiffres sont immenses : plus d’un utilisateur d’Internet sur deux possède un compte Facebook. Nous sommes là bien loin des débuts du réseau social, et Mark Zuckerberg ainsi que ses associés n’osaient sans doute pas imaginer une telle ampleur pour leur bébé Thefacebook.com. Car nous utilisons pour beaucoup Facebook, certes, mais tout le monde ne connaît pas forcément l’histoire de ce réseau social aux bases étudiantes. Profitons alors de cet article afin d’aborder l’histoire de ce réseau social majeur, tout en continuant à surfer sur la vague de nos articles à thématique historique.

La date de fondation officielle de “The Facebook” (thefacebook.com) est située au 4 février 2004. Créée par Mark Zuckerberg, la plateforme est de base limitée aux étudiants de Harvard. Le succès est retentissant, plus de la moitié des étudiants de premier cycle de l’université ont rejoint le réseau après un mois de lancement. Dès lors, Mark Zuckerberg flaire le potentiel de sa création et décide de s’entourer correctement. Eduardo Saverin pour le côté commercial, Andrew McCollum en tant que graphiste, Dustin Moskovitz pour la programmation et Chris Hughes.

L’université d’Harvard est le lieu de naissance du réseau social Facebook.

Le succès est bien plus grand que ce qui était espéré. En effet, les universités de Yale, Stanford et Columbia sont aussi concernées, puis l’Ivy League (une sorte de groupement de huit universités), les écoles de la région de Boston, et enfin la plupart des universités américaines et canadiennes.

Facebook est alors véritablement un réseau propre aux établissements universitaires, puis scolaires comme nous allons le voir. Il ne s’agit pas du réseau tel que nous le connaissons aujourd’hui. Il permettait d’être en contact numérique avec les membres de son école ou de son université, en pensant bien entendu à la question du trombinoscope afin de pouvoir se visualiser les uns les autres (traduisez le nom Facebook, vous verrez alors sa logique...).,

Il faut alors établir un siège social, et c’est à Palo Alto, en Californie, qu’il se situe. Le nom de domaine est acheté en 2005 et la particule “the” est retirée, ce qui donne le désormais célèbre “facebook.com”. L’achat du nom de domaine s’élève à 200 000 dollars américains. En septembre de cette même année, les établissements scolaires du secondaire sont eux-aussi concernés. Mais la plateforme ne reste pas exclusivement scolaire et va désormais s’ouvrir aux employés de plusieurs sociétés. Cela reste en interne, c’est le même principe que celui des universités et des écoles mais dans le milieu du professionnel et des entreprises.

Au fur et à mesure de l’évolution du réseau social, des principes que nous connaissons actuellement font leur apparition. Pour intégrer le réseau d’une école secondaire, il faut une invitation. Cela était sans doute une mesure de protection pour un public bien plus jeune que celui des universités. Mais quoiqu’il en soit, nous connaissons tous aujourd’hui ce système d’invitations que l’on reçoit de quelqu’un qui souhaite être “ami” et donc en relation avec nous. En voici les débuts.

En 2006, c’est une énorme évolution qui apparaît. Facebook s’ouvre alors à tous. Ou presque. En effet, toute personne possédant une adresse mail (ce qui s’obtient déjà gratuitement bien entendu) et ayant plus de 13 ans peut avoir un compte.

Le 23 juillet 2008, Facebook dévoile au grand public les nouvelles avancées de sa plateforme. C’est une évolution importante. Le désormais nouveau Facebook Connect permet aux développeurs de connecter leurs sites web à Facebook. Ceux-ci sont alors au nombre de 400 000. Le système de micro-blogging est également amélioré, très certainement dans l’objectif de concurrencer Twitter, son principal concurrent à la renommée médiatique importante.

Twitter et Facebook sont restés pendant de longues années les deux principaux concurrents sur le marché des réseaux sociaux.

Le réseau social n’a de cesse d’évoluer pendant plusieurs années, et gagne en importance ainsi qu’en renommée. L’une des preuves les plus marquantes est le film de David Fincher, The Social Network, qui sort dans les salles obscures américaines le 1er octobre 2010. Fincher choisit de ne pas épargner l’image de Mark Zuckerberg et tend à se rapprocher au plus proche des faits. C’est également en 2010 qu’est lancé un système de messagerie électronique en “@facebook.com”, mais l’objectif initial de concurrencer “gmail” et “hotmail” n’est jamais atteint.

C’est en 2012 que Facebook fait une entrée fracassante en Bourse. La deuxième plus grande américaine, juste derrière Visa mais devant General Motors. La valorisation du réseau est de 104 milliards de dollars (421 millions d’actions à 38 dollars). Pour comparer dans le domaine du numérique, Linkedin avait été valorisé un an plus tôt à 9 milliards de dollars.

L’entrée en Bourse de Facebook a été fracassante.

Facebook tend aussi à s’ouvrir aux célébrités et à leur réserver des petites particularités. Nous connaissons aujourd’hui le principe des pages et non des profils, dont vous en suivez sans doute plusieurs. En 2013, les pages de marques et de personnalités deviennent reconnaissables par une certification. Quelques mois plus tard, c’est l’application Facebook Mentions qui est lancée, permettant aux profils certifiés d’accéder à de nouvelles fonctionnalités.

2014 est une année importante pour le réseau. Le 14 janvier, c’est le rachat de la société Branch Media, dont la spécialité est la curation et le partage de contenus. Il est question d’une somme de 15 millions de dollars. Un peu plus d’un mois plus tard, le 24 février, le système d’adresse électronique en “@facebook.com” est supprimé. C’est aussi en cette année que Facebook rachète Oculus VR (qui a donné lieu au célèbre Oculus Rift), lance Slingshot (partage de photos) pour concurrencer le nouveau succès de Snapchat, lance également Rooms sur les appareils mobiles pour créer des forums de discussion, et aussi l’application Moments, afin de partager ses photos d’une manière totalement privée.

2015 est une année durant laquelle Facebook améliore ses possibilités d’interactions entre les membres. En septembre, il est question de réfléchir et essayer un bouton d’empathie qui pourrait être proposé en même temps que le “J’aime” (il est très délicat de mettre un “J’aime” sur une publication véritablement triste, une interaction d’empathie serait clairement plus appropriée). Durant cette année, il est aussi possible après une rupture de limiter ses relations avec des anciens partenaires, comme réduire drastiquement l’apparition des publications de son ex sur son mur par exemple. En fin d’année, Facebook permet également de créer des petites vidéos de 7 secondes qui prennent la place de la photo de profil. Les interactions au travail sont également pensées avec la préparation Facebook at work, réseau social d’entreprise qui fonctionne sur un modèle de freemium (accès gratuits mais quelques fonctionnalités payantes), qui deviendra le réseau social d’entreprise Workplace en octobre 2016.

Le like a été progressivement accompagné d’autres possibilités de réactions.

En 2016, Facebook lance les boutons de réactions, qui ont été tant attendus par les utilisateurs. Au lieu d’un simple “J’aime”, les utilisateurs ont désormais un panel d’émotions transcrites par des emojis à disposition : “J’adore”, “Haha”, “Wouah”, “Triste”, “Grrrrr” et “Merci” (ce dernier arrive quelques mois après les autres). Mais d’autres projets sont d’une bien plus grande ampleur. Google et notre géant des réseaux sociaux agissent main dans la main afin de créer de façon totalement conjointe un câble sous-marin de Virginia Beach (Etats-Unis) à Bilbao (Espagne) pour accélérer la vitesse d’accès aux services proposés.

En 2017, Facebook essaie de s’impliquer dans la lutte contre les suicides, adolescents ou non. Un programme informatique a été lancé qui doit permettre de détecter les messages suicidaires, en plus de ceux signalés par d’autres utilisateurs.

En matière de grandes nouveautés, ces trois dernières années demeurent assez faibles, jusqu’à la mise en test de Campus, dont nous avons parlé dans un précédent article, intelligent et utile retour aux sources étudiantes de Facebook.

Il y a de grandes chances que vous, qui nous lisez, utilisiez Facebook. Il est peut être même possible que vous ayez vu le lien vers cet article via nos réseaux sociaux. En effet, nous n’oublions pas de publier sur Facebook au vu de l’importance de la fréquentation et de la rapidité du relai d’informations. D’autres réseaux sont tout aussi importants (nous publions notamment entre autre aussi sur Twitter et LinkedIn), mais Facebook a tout de même connu une sacrée heure de gloire. Dans d’autres articles à venir, nous parlerons de différents aspects de Facebook (comme l’entreprise en elle-même), ainsi que des autres réseaux sociaux. N’hésitez pas à nous suivre si vous vous y intéressez!

Précédent
Suivant
Découvrez un article au hazard 🎲