Histoire d’Internet. Quatrième partie : l’apparition du futur protocole TCP/IP

10/6/20

Actualités

Dans cette quatrième partie de l’histoire d’Internet (qui s’est faite attendre au vu de l’importance qu’ont pris d’autres articles), nous allons rentrer dans des considérations un peu plus techniques, avec l’apparition du protocole TCP/IP.

C’est en 1973 que se développe ce qui sera bien plus tard nommé le protocole TCP/IP (“Transmission Control Protocol / Internet Protocol” ou “protocole de transmissions” en français). C’est l’une des véritables bases de l’Internet actuel tel que nous le connaissons. L’ARPA est alors renommée la DARPA, et Bob Kahn qui en fait partie en compagnie de Vinton Cerf (de l’Université de Stanford) créent ce principe que nous allons vous expliquer. Nous allons en parler tel que nous le connaissons aujourd’hui sans rentrer dans les véritables évolutions mois par mois vers ce protocole, ce qui amènerait un certain flou historique face à certains faits et certaines dates. Cela va tout de même vous permettre de saisir l’importance de cette évolution.

Voyons dans un premier temps ce qu’est un protocole. Selon le site vulgarisation-informatique.com, “un protocole est une série d’étapes à suivre pour permettre une communication harmonieuse entre plusieurs ordinateurs ou périphériques reliés en réseau. Les protocoles sont classés en deux catégories : Les protocoles où les machines s’envoient des accusés de réception (pour permettre une gestion des erreurs). Ce sont les protocoles dits orientés connexion ; Les autres protocoles qui n’avertissent pas la machine qui va recevoir les données sont les protocoles dits non orientés connexion.”. Le TCP/IP fait partie des protocoles orientés connexion. Il s’agit d’un protocole de transport fiable en mode connecté. Autrement dit, il permet d’établir une communication entre deux parties qui souhaiteraient un échange mutuel ou non de données.

Rentrer dans les détails informatiques et scientifiques de ce protocole irait contre notre objectif d’articles vulgarisés car destinés à un large public. Beaucoup de pages simplifient ce protocole en le comparant avec un courrier postal qui permet d’expliquer la différence entre les systèmes IP et les systèmes TCP. Un système IP pourrait correspondre à un envoi ordinaire par la poste. Vous postez votre lettre, le service postal s’en charge, et elle est remise au mieux. Le cas d’un TCP s’apparenterait plus à un envoi postal recommandé. Vous postez la lettre, le service postal délivre la lettre mais vous avez une réponse : vous savez donc que celle-ci a bien été acheminée. Le TCP permet, au contraire de l’IP, de s’assurer que l’envoi a bien été effectué.

Pour faire simple et en langage informatique cette fois-ci, le TCP/IP lie les deux notions. Notons que le principe de l’IP pour chaque machine du réseau est bien entendu maintenue (sauf si à vos risques et périls vous utilisez un logiciel afin de masquer ou bien de modifier temporairement votre adresse IP), chaque ordinateur ayant un IP afin de l’identifier sur Internet (au même titre que vous avez un numéro de carte d’identité ou de passeport, un numéro de sécurité sociale...).

La création de ce qui devient par la suite le protocole TCP/IP étant issue originellement d’un objectif militaire (comme celle de l’Arpanet, rappellons-le...), elle répond à un certain nombre d’exigences et d’impératifs. Les messages doivent pouvoir être fractionnés en paquets : les données sont alors décomposées en plus petits paquets afin d’être acceptés par les IP. Ils sont utilisés par un système d’adresses (tel que vous les connaissez aujourd’hui, on parle d’ailleurs généralement d’adresse IP). Les données sont acheminées au sein du réseau d’un IP à l’autre. Enfin, les erreurs dans les transmissions de données sont contrôlées (vous avez tous vus ces formulaires d’envoi et/ou de signalement d’erreurs).

Le système mettra des années à se perfectionner afin de devenir ce que nous connaissons actuellement. Comme nous l’avons dit, même le terme de “protocole TCP/IP” n’apparaîtra que bien plus tard. Ce protocole est adopté par le Département de la Défense américaine pour l’Arpanet en 1976.
Précisons également pour l’anecdote que Vinton Cerf et Robert Kahn furent les premiers à utiliser le mot d’Internet en 1974 (certains versions parlent d’octobre 1972 lors d’une conférence, mais nous préférons ici retenir la version la plus probable et assurée historiquement parlant). Le mot ne rentrera pourtant dans le vocabulaire commun et en tant que réel terme qu’au début des années 1980.

Précédent
Suivant
Découvrez un article au hazard 🎲