Un étudiant reproduit Enigma

20/7/20

Actualités

Enigma, la célèbre machine ayant permis de craquer les codes nazis durant la Seconde Guerre mondiale, a été reproduite par un étudiant.

La machine Enigma est inventée par Arthur Scherbius suite à un brevet de 1919 d’Hugo Kock. Cela désigne une famille entière de machines, principalement célèbres pour avoir été utilisées par les Allemands ainsi que les Alliés durant la Seconde Guerre mondiale. La machine était réputée inviolable, ce qui en faisait son principal atout. Ses codes ont été percés quelques années avant la guerre, mais ceux-ci étaient sans cesse perfectionnés. L’histoire la plus célèbre à son sujet reste celle des recherches et de la réussite au déchiffrage d’Alan Turing grâce à sa “Bombe”, qui permirent aux Alliés un avantage important dans le conflit (les historiens estiment même que celui-ci a été raccourci de deux ans grâce à cela).

Buste d’Alan Turing.

Le protocole se basait sur un mécanisme brouillant les lettres de l’alphabet. Quand un utilisateur entrait un texte sur la machine, les lettres déclenchaient un autre allumage sur un autre clavier. La transformation du texte clair en texte chiffré éclairé s’effectuait grâce à un système de rotors de lettres, de réflecteurs et de plaques de branchement.

De nos jours, Hal Evans, étudiant en Master à l’université de Cambridge, a réussi à reproduire cette machine. Elle fait la taille d’un imposant ordinateur portable mais pèse un poids non négligeable (10kg de fils, interrupteurs et rotors notamment). Elle demeure chez Tim Flack, professeur d’électrotechnique à Cambridge qui mène des recherches sur le verouillage de la machine.

Un cyclomètre a été bâti par Hal Evans. Véritable répertoire de comment un texte aurait pu être répertorié et traduit par Enigma, ce cyclomètre indexant chacune des 105 456 positions de départ de la machine Enigma démontre tout le génie cryptographique de la machine d’Alan Turing durant la Seconde Guerre mondiale.

Le travail d’Hal Evans a duré plus d’un an, en se basant sur les informations historiques que nous possédons sur le cyclomètre. Tim Flack a d’ailleurs salué le travail de son étudiant : “C’est le genre de gars qui ne fait pas de compromis. Il voulait rendre la chose aussi fidèle que possible à la machine d’origine. Par exemple, les panneaux sont en ébonite, ce qui est difficile à obtenir de nos jours, et pourtant il aurait pu simplement le fabriquer en plastique, ou faire imprimer quelques morceaux en 3D.”

Des secrets de cette machine et de son déchiffrage par Alan Turing vont peut être être révélés grâce à cet incroyable travail qui a été mené. Si vous souhaitez vous faire une image de tous ces enjeux durant la Seconde Guerre mondiale, tournez-vous vers le film “The Imitation Game”.

Précédent
Suivant
Découvrez un article au hazard 🎲