Une influenceuse littéraire sur Internet : entretien avec Maureen, du Bazar de la Littérature

5/6/20

Actualités

Nous avons tous entendu parler des influenceurs sur les réseaux sociaux. Nous les associons pour la plupart au milieu de la mode ou à des célébrités. Mais ce n’est pas tout. Certains exercent le milieu culturel, et c’est là que nous faisons la rencontre de Maureen et de son Bazar de la Littérature.
Je suis à titre personnel un grand adepte de ces chaînes YouTube et des pages culturelles sur les réseaux sociaux. Cela fait des années que je suis le travail de Maureen, alors c’est avec un immense plaisir et une grande satisfaction que cet entretien a pu se mener en sa compagnie.
C’est dans cette entretien une jeune femme passionnée que vous allez découvrir, qui nous fait partager son activité sur Internet. Vous aurez sans doute par la suite envie d’aller découvrir son Bazar de la Littérature.
Remercions ici, avant même que vous lisiez son entretien, Maureen pour sa disponibilité, son enthousiasme à l’idée de cet article, et toute la sympathie lors des échanges que nous avons pu avoir tous les deux. Allez faire la connaissance de son travail, elle le mérite vraiment!

Q : Peux-tu, s’il te plaît, te présenter pour ceux qui ne te connaissent pas encore?
R : Je m’appelle Maureen, j’ai passé la trentaine depuis quelques années et la lecture occupe une place importante dans mon quotidien. Pas la seule, mais c’est une activité qui me suit et dont je ne me lasse pas malgré les années qui passent.

Q : Peux-tu nous présenter le Bazar de la Littérature?
R : Bazar de la Littérature c’est avant tout un blog qui a connu plusieurs plateformes depuis ses premiers pas... il y a 14 ans (le 4 juin 2006)! La forme a souvent changé, mais la volonté première est toujours la même : parler de mes lectures, les bonnes comme les moins bonnes.
La chaîne Youtube associée est arrivée quelques années plus tard (en 2012) par volonté de varier les supports et de toucher un public un peu différent. Les visiteurs du blog ne sont pas forcément ceux qui regardent les vidéos, et vice versa.
Et progressivement les réseaux sociaux se sont greffés : Facebook, Twitter, Instagram. Chacun touche un public un peu différent là-aussi et propose des outils complémentaires.
Mais quel que soit le support utilisé, l’idée est avant tout de partager autour de la littérature.

Q : Comment est venue lidée de ce projet?
R : En juin 2006, je terminais ma première année de fac d’histoire de l’art et d’anthropologie. Cette seconde matière m’ayant grandement déçue, je voulais me réorienter en lettres modernes mais, avec un bac S en poche, j’avais peur d’être larguée et de ne pas savoir déchiffrer et argumenter autour de la littérature. Alors j’ai eu envie, quelques mois avant d’entrer en fac de lettres modernes, de réfléchir à mes lectures et de coucher ça sur le papier. Et comme c’est toujours mieux de partager, le Bazar de la Littérature a vu le jour sur Skyrock (Skyblog).
Parallèlement, je vivais la fin d’une grande histoire d’amour très chaotique. J’avais besoin de reprendre confiance en moi en créant quelque chose. Il me fallait être fière d’un projet pour me prouver que j’étais capable de faire quelque chose de mon temps libre et que je savais réfléchir. 14 ans plus tard, je ne sais pas si j’ai partiellement gommé ce masque de confiance, mais il est clair que ce Bazar de la Littérature m’a apporté de nombreuses choses très positives.

Q : Quels sont les retours que tu as de tes followers?
R : Les followers ont l’air plutôt satisfaits de ce qu’ils peuvent trouver sur l’un des supports du Bazar de la Littérature. Je crois qu’ils apprécient la diversité des livres présentés et découvrent parfois de nouvelles envies de lecture. C’est le but premier de toute cette grande aventure.
Et puis, au fil des années, de jolis liens se sont créés avec certains d’entre eux. On se voit mutuellement évoluer, on s’apporte non seulement des conseils de lectures mais aussi du soutien au quotidien. Ça aussi, c’est une belle aventure!

Q : Il ne semble pas fréquent de voir des chaînes Youtube parler de littérature et se faire connaître. La tienne nous paraît rencontrer un franc succès. Selon toi, pourquoi?
R : Des milliers de chaînes Youtube parlent de littérature. Des chaînes francophones mais aussi anglophones, hispanophones... Il suffit de se pencher un peu sur le sujet pour découvrir à quel point la communauté est riche de diversité! Il y en a vraiment pour tous les goûts..
Dans le monde de Booktube, qu’il s’agisse de la communauté francophone ou étrangère, je suis une toute petite joueuse statistiquement parlant (nombre d’abonnés, nombre de vues), alors je ne suis pas sûre que l’on puisse dire que je rencontre un succès important. En revanche je suis implantée depuis longtemps, je résiste aux années qui passent et j’essaie d’évoluer un peu, selon les moyens dont je dispose... Et je continue à le faire avec passion, motivation et naturel ; j’imagine (j’espère!) que cela se ressent.

Q : Penses-tu quInternet peut donner plus de visibilité, et donner goût à plus de monde pour la lecture/littérature?
R : Oui! Définitivement oui! Les outils proposés par Internet sont tellement riches et variés qu’ils peuvent toucher un très grand nombre de personnes, notamment les “frileux” à la lecture. Je pense que l’outil vidéo, visuel, dynamique et clairement dans l’ère du temps, peut au moins intriguer ceux qui n’iraient pas vers les livres de prime abord. Il suffit ensuite d’un simple petit déclic...
Bon, il ne faut pas se leurrer, la lecture ce n’est pas pour tout le monde (et ce n’est pas grave) mais Internet (et notamment Youtube) a permis de prouver, je crois (j’espère!), que la littérature n’était pas uniquement destinée à une élite. Que tout le monde, quels que soient l’âge, le sexe, l’ethnie, le “statut social”... avait le droit de lire et d’avoir un avis sur ses lectures. Ça, c’est important!

Q : Avant cette chaîne, avais-tu des rapports importants au numérique? Quest-ce qui a changé depuis?
R : Avant la création de la chaîne Youtube, je ne m’étais jamais vraiment intéressée à la photo, la vidéo et le traitement de tout ça. C’est grâce à Youtube que je me suis lancée dans l’apprentissage - bien imparfait et autodidacte - de tout ça. Je ne m’étais jamais questionnée sur l’importance de la lumière, du cadre, de l’angle... pour créer une jolie vidéo. Je ne savais pas que c’était un travail de longue haleine, entre le tournage à proprement parler et surtout le montage.
Avant la création de ma chaîne Youtube, je bloguais, je tâtonnais un peu sur les plateformes de blogs et je tentais d’utiliser au mieux les réseaux sociaux (essentiellement Facebook à l’époque), mais ça n’allait pas plus loin.
Youtube et plus récemment Instagram, ont modifié mon rapport à l’image, aux supports numériques et m’ont effectivement permis de développer de nouvelles et nombreuses compétences.

Q : Cette chaîne a-t-elle modifié quelque chose dans ta vie professionnelle?
R : Le blog, la chaîne Youtube et les réseaux sociaux m’ont permis d’acquérir de nouvelles compétences comme je le disais plus haut et d’être ancrée dans les nouvelles logiques d’utilisation du “public”. C’est clairement grâce à ce travail autour du Bazar de la Littérature, depuis 14 ans, que j’ai pu avoir les opportunités professionnelles que j’ai connues ces dernières années (en bibliothèques universitaires d’abord, en médiathèques ensuite).
Et si ces aspects - techniques - ont séduit sur mon CV, c’est ma prise de confiance en moi notamment à l’oral - grâce aux vidéos, aux conférences en salons du livre... - que mes entretiens professionnels se sont aussi bien déroulés.
Alors oui, définitivement oui, la chaîne et plus largement le Bazar dans son ensemble ont joué un très grand rôle dans ma vie professionnelle (et privée).

Q : Peux-tu nous parler des différents supports que tu utilises pour communiquer, et leurs différents rôles?
R : Je les ai cités tout au long mais pour résumer, en plus du blog et de la chaîne Youtube, le Bazar de la Littérature est présent sur Facebook, sur Twitter, sur Instagram et depuis très récemment sur uTip. Je teste de nouvelles choses, de nouveaux moyens de communications.
Facebook et Twitter servent essentiellement à relayer des nouveaux articles et des nouvelles vidéos. Ce sont des réseaux que je conserve mais je les trouve moins riches en possibilités et en créativité. Instagram a clairement ma préférence ces dernières années et m’a donné - encore plus que Youtube - le goût des belles images. L’instantanéité, la facilité d’échanges avec les abonnés et l’aspect créatif/visuel est hyper intéressant, mais il semblerait qu’il laisse petit à petit la place à TikTok qui séduit davantage la nouvelle génération. Même si je lis beaucoup de littérature jeunesse, je pense que je touche davantage un public de trentenaires, TikTok ne me semble donc pas très intéressant à exploiter. En tout cas pour le moment. Mais je changerai peut-être d’avis dans quelques temps. Je me laisse la possibilité d’évoluer et de découvrir de nouvelles choses!

Q : Et... Pour finir... Peux-tu nous en dire plus sur lorigine du nom de ta page?
R : Alors ça... J’avoue que j’ai oublié! Cela fait 14 ans quand même! Je crois me souvenir que - et c’est une exclusivité! - au début, le blog sur Skyrock s’appelait quelque chose comme “Les Lectures de Frédégonde”. Pour la petite anecdote, le tout premier livre chroniqué était le premier tome d’une duologie écrite par Jean-Louis Fetjaine dont le titre exact est “Les Voiles de Frédégonde”. Le petit côté médiéval me plaisait parce que c’est un aspect qui me correspond assez.
Mais j’ai dû vite comprendre que ce n’était pas très sexy et un peu trop réducteur alors j’ai voulu choisir un “titre” qui laissait penser que sur ce blog, les visiteurs pourraient trouver de très nombreuses lectures très différentes. Dès le début, mon envie était d’apporter de la diversité dans les genres présentés et donc pouvoir toucher un maximum de personnes...

Précédent
Suivant
Découvrez un article au hazard 🎲