Guerre déclarée entre les États-Unis et TikTok. La Chine commence à s’en mêler.

7/8/20

Actualités

TikTok, le nouveau réseau social à la mode, tout particulièrement chez les plus jeunes, est au centre d’un important conflit avec les États-Unis. L’affaire, débutée il y a plusieurs jours, n’a de cesse de prendre de l’ampleur. Jusqu’où ira-t-elle?

Tout commence le 31 juillet, quand Washington a suspecté TikTok d’être en réalité un outil des services de renseignement chinois. Donald Trump a alors annoncé qu’il souhaitait l’interdire aux États-Unis (“En ce qui concerne Tiktok, nous l’interdisons aux États-Unis”, dixit par le président américain lui-même).

Donald Trump est bien décidé à faire évoluer la question TikTok aux États-Unis.

D’où vient réellement le problème? TikTok appartient au groupe chinois ByteDance. L’application est de plus en plus populaire, comptant déjà un milliard d’utilisateurs à travers le monde (Facebook a mis bien plus longtemps à les obtenir, mais la période était elle-aussi différente, les réseaux sociaux étaient bien moins développés...). Le réseau social n’en était alors pas à sa première accusation de liens avec le gouvernement chinois, ByteDance ayant une application chinoise similaire qui ne s’est pas véritablement exportée. TikTok a toujours nié le partage de données avec les autorités chinoises, et même d’éventuelles demandes de ces dernières à ce sujet. CFIUS (agence américaine qui s’assure de la sécurité nationale liée aux investissements étrangers) a même enquêté sur le sujet.

À partir de là, de nombreux médias ont commencé a avancer la rumeur comme quoi Donald Trump allait en personne imposer à ByteDance de vendre TikTok. TikTok a redoublé d’efforts afin de montrer son non-engagement politique. Kévin Mayer, le boss de TikTok, avançait même : “Nous ne sommes pas politiques, nous n’acceptons pas de publicité politique et nous n’avons pas d’agenda. Notre seul objectif est de rester une plate-forme animée et dynamique appréciée de tous. Toute l’industrie est examinée de près, et avec raison. En raison des origines chinoises de l’entreprise, nous sommes examinés d’encore plus près. Nous l’acceptons et relevons le défi.” Tout semble donc très clair du côté de TikTok et de ses dirigeants.

La populaire application tente de montrer sa neutralité.

Or, comme l’a écrit le journal Le Monde dans l’un de ses articles, “Tiktok se sera pas un nouveau Huawei”. En effet, l’application n’a pas le soutien de l’État chinois, au contraire de ce qu’a obtenu Huawei. Plus encore, ByteDance est même contrainte de vendre l’application afin que celle-ci puisse continuer à fonctionner aux États-Unis (le contraire serait dramatique au sujet de la perte du nombre d’utilisateurs).

L’histoire prend même une grande ampleur en Chine, où les plus nationalistes des Chinois s’insurgent de la décision, parlent même de traitrise à la patrie. En effet, ils auraient préféré que soit tenu tête au gouvernement américain plutôt que de chercher à vendre. TikTok est la leader des start-up chinoises, mais se retrouve face à un terrible dilemme.

Nous nous trouvons ici face à un véritable conflit diplomatique qui part pourtant d’une simple application. La Chine a appelé à des représailles face aux États-Unis et à leur imposition de rachat de l’application. Ces incitations viennent de la presse, mais rappelons que là-bas, celle-ci est contrôlée par l’État et que les notions de liberté de la presse sont à des lieux de ce que nous connaissons chez nous.

L’annonce selon laquelle Microsoft acceptait de racheter TikTok d’ici le 15 septembre prochain a donc été particulièrement mal accueillie en Chine. Le terme de “vol” est même employé par certains journaux chinois. Après un véritable embargo posé l’an dernier sur Huawei, la Chine voit un véritable “harcèlement” contre les entreprises de chez eux.

Les Chinois réagissent, la presse également. Attendons désormais les décisions officielles du gouvernement.

Plusieurs journaux chinois annoncent donc le début d’une guerre technologique. Il s’agit soit “de la soumission ou d’un combat à mort dans le royaume de la tech” pour le China Daily, qui précise également qu’“il existe de nombreuses façons de riposter si l’administration prolonge son programme d’écrasement et d’acquisition”. Certes, l’information vient de la presse et n’est pas une annonce officielle, mais les journaux étant liés au parti politique dirigeant (même le Global Times, qui l’est tout autant que le China Daily, avance aussi ces idées dans ses colonnes), il y a fort à penser qu’ils se trouvent plutôt dans le vrai.

Tiktok est une application qui a beaucoup fait parler d’elle récemment, notamment par son incroyable montée en puissance et en popularité. Mais elle va peut être également se retrouver au centre d’un conflit technologique entre deux puissances majeures dans le domaine de la tech que sont les États-Unis et la Chine.

Précédent
Suivant
Découvrez un article au hazard 🎲