Effondrement d’Internet : comment le réseau mondial a tenu bon face au confinement

11/5/20

Actualités

Le réseau mondial fait l’objet d’une utilisation de plus en plus massive et importante. Le monde a une population qui gagne en nombre, et de plus en plus de celle-ci utilise l’Internet. Ces craintes sont revenues avec la crise mondiale que nous connaissons actuellement. Enfermés chez eux, les Français et les autres habitants de la planète ont eu une utilisation accrue d’Internet. Pourtant, celui-ci a tenu bon. Analysons.

Le “mythe de l’effondrement” d’Internet existe depuis un moment, et fait principalement suite aux travaux du chercheur britannique Andrew Ellis. Issu d’études scientifiques, il ne s’agit donc pas véritablement d’un mythe au sens premier du terme, mais nous le garderons ici car c’est comme cela qu’il est le plus connu.
Plusieurs études tentent de prévoir un effondrement d’Internet. En effet, imaginez notre monde actuel sans Internet. Vous vous direz sans doute, comme beaucoup d’entre nous, qu’il nous serait possible de vivre sans cet outil numérique dans notre vie quotidienne. Avec beaucoup d’adaptation pour chacun d’entre nous, mais cela serait possible. Mais maintenant, voyez les choses plus loin que votre vie personnelle. Les entreprises y sont toutes mêlées. Plus personne ne travaille sans Internet. Et la société actuelle, connectée et mondialisée, entraînerait qu’une grande refonte générale serait alors nécessaire. Or, l’effondrement d’Internet pourrait très bien arriver soudainement.
La date de cet effondrement questionne les chercheurs. Plusieurs dates ont été émises pour évoquer une fin de l’Internet. Nous nous souvenons tous du fameux bug de l’an 2000, mais il en a aussi été question de façon moins médiatisée en 2004 avec l’entrée sur le réseau des pays émergents, ou en 2012 avec le développement de l’Internet mobile. Mais à chaque fois les choses ont tenu bon. Comme l’avance Stéphane Bortzmeyer, ingénieur et spécialiste de l’architecture d’Internet, le débit augmente et cela risque de mener à une limite. Face à cela, les différents opérateurs ne restent pas inactifs et font en sorte que le mythe ne se réalise pas. Vous n’avez toujours pas connu d’effondrement Internet? C’est que cela fonctionne. Pour l’instant.
Des réunions ont souvent lieu afin de tenter d’anticiper pour le mieux l’arrivée de ce véritable tournant critique. Parmi les réunions importantes et récentes on peut notamment citer celle qui s’est déroulée 11 et 12 mai à la Royal Society de Londres (à peu de choses près notre Académie des Sciences).

Mais bon nombre d’événements arrivent sans crier gare et... Cela a failli être le cas récemment pour le “mythe de l’effondrement”.
Le début d’année 2020 a été une alerte importante pour le bon fonctionnement d’Internet. Les pays développés, ceux qui utilisent le plus Internet donc, se sont confinés un par un face à la pandémie. Les opérateurs se sont inquiétés, les utilisateurs aussi. Les pratiques allaient se diversifier et augmenter en intensité (télétravail, visioconférences, école à distance, jeux vidéo en ligne, streaming audio et vidéo) face à l’interdiction des loisirs extérieurs. Le réseau Internet allait-il pouvoir supporter cette nouvelle épreuve?
Certains d’entre vous ont sûrement eu peur de se retrouver sans accès à Internet dans une telle période, sans encore savoir qu’elle allait durer deux mois.
Internet a tenu bon. Des mesures ont été prises afin de limiter les risques. Le Gouvernement a notamment demandé de différer le lancement de la plateforme Disney+. Netflix et Youtube ont baissé la définition des images sans nuire à la qualité des diffusions afin de réduire leur débit. Les chiffres des opérateurs sont assez variables mais vont pour une augmentation du flux sur la bande passante entre 10 et 30% en France. Le réseau est conçu pour des flux variables et doit pouvoir gérer des pics potentiels. La marge de ce qui peut être affronté par le réseau est d’environ 40%. Nous sommes donc restés en-dessous grâce à certaines mesures.

Le réseau Internet a tenu bon à une crise supplémentaire en ce début d’année 2020. Ce n’était pas le première et ce ne sera sans doute pas la dernière. Il faut que les opérateurs s’adaptent, mais aussi les pouvoirs publics ainsi que les entreprises du secteur privé. Internet sera sans doute voué à encore évoluer, et c’est pour cela que de nouveaux projets voient le jour afin de l’amener vers quelque chose de meilleur. C’est notamment l’objectif du projet Starlink, mené par Elon Musk, que vous pouvez retrouver dans l’un de nos articles précédents.

Précédent
Suivant