Les Français et le numérique durant le confinement

20/4/20

Actualités

Même si elle n’est pas encore terminée, cette année 2020 aura été marquée par le confinement afin de faire face à l’épidémie de Covid19. Cette période bouleverse nos habitudes en restreignant certaines de nos libertés individuelles. Nous avons donc tous modifié certains de nos comportements afin d’adapter nos activités ou bien même juste d’occuper nos journées.

L’une de nos premières réflexions se porte forcément vers la question du travail. En effet, entreprises privées, fonctionnaires et particuliers se sont pour certains adaptés afin de pouvoir poursuivre leur activité en télétravail. Le cas des enseignants est l’un des plus parlants. Comme nous l’a expliqué Laure D., c’est un Environnement Numérique de Travail (E.N.T.) propre à chaque établissement qui est utilisé afin de pouvoir faire travailler ses élèves alors qu’ils sont chez eux. Ne fournir les cours que par le biais de cet E.N.T. est quelque chose de nouveau, qui a amené de nombreux bouleversements et des complications. Des améliorations s’observent, mais l’adaptation a été complexe dans ces circonstances.

D’autres personnes qui travaillent en tant qu’indépendants se retrouvent également face à des modifications professionnelles. Nous avons eu le témoignage de Mathilde B., éducatrice canin professionnelle. Ne pouvant actuellement plus rencontrer ses clients, celle-ci propose par le biais de vidéos postées sur un groupe Facebook privé une formation au fitness canin. Quite à pouvoir dispenser cette formation de façon présentielle, celle-ci a tout de même lieu, et cela ne nuit pas à la satisfaction des clients qui s’y sont inscrits qui envoient des vidéos sur lesquelles elle dispense des conseils et effectue des débriefings.

Les cabinets ou sociétés ont également dû s’adapter au télétravail, qu’il s’agisse de comptabilité, d’architecture, etc. Dans un cabinet de géomètre à côté de Toulouse, le travail est désormais adapté depuis son domicile, comme le fait Jean-Baptiste B., géomètre topographe, qui s’applique depuis chez lui à de la restitution en 3D sur des nuages de points.

Au début du confinement, le sujet des plateformes de streaming et des réseaux sociaux est bien souvent revenu. En effet, les gens ayant déjà une grande consommation de ces sites, nous pouvions nous attendre à une forte augmentation de celui-ci.

Cela se réalise donc bien pour certains, mais dans des proportions plus ou moins importantes. Jeanne B s’est par exemple surprise du peu de temps passer avec son compagnon sur Netflix, face aux activités de maison et celles avec leur enfant, tandis que Manon H. avoue y passer bien plus de temps. Les sorties sont limitées, certains n’ont pas de jardin et de terrain, il faut donc passer le temps. Nuançons toutefois la question des réseaux sociaux, qui peuvent être une bonne façon de rester en contact avec ses proches. Jeanne nous parle par ailleurs bien de ces réseaux sociaux en tant que moyen de contact et de communication avec les familles.

Sur les réseaux, nous avons également vu naître plusieurs groupes regroupant des gens avec des passions communes, qui se connaissent ou non, afin de notamment se maintenir en forme. Citons celui créé par Lucie B., « Défis sportifs & cie. », où des Facebookiens, se connaissant ou non, se sont prêtés au jeu de l’envoie de vidéos afin de répondre à certains challenge, sportifs ou non. Il y a notamment été possible de passer du gainage ou des squats à la confection d’une pâtisserie. Varié, mais c’est bien ce qui a fait son charme !

Cependant, il n’y a pas que ces deux utilisations principales de l’Internet durant ces jours sombres.

Internet peut également avoir un objectif ludique, éducatif, ou épanouissant. Les réseaux sociaux fourmillent de vidéos en direct durant ce confinement. Certains en profitent pour perfectionner et peaufiner certains projets personnels et/ou professionnels, ceux-ci pouvant bien entendu naître d’une passion. Cécilia M., qui a pour passion le pain et projette la boulangerie comme une voie professionnelle, suit attentivement les lives Instagram d’un boulanger qui explique ses recettes.

Les vidéos sportives ont également connu une nette hausse d’intérêt. Ne pouvant plus aller courir librement ou bien en salle de sport, les coachs sportifs ont vu tout l’intérêt des séances de cardio ou de renforcement musculaire en ligne. C’est notamment ce que suit Ludyvine L., afin de ne pas perdre la forme !

Hors du milieu des réseaux sociaux, Mme R. se sert d’Internet afin de mener à bien de la généalogie. Cette passionnée n’a pas encore fait de la généalogie sa profession, mais cela ne saurait tarder, et ces jours actuels lui permettent d’y consacrer un peu plus de temps encore.

Hors d’un cadre professionnel, nous avons également un intérêt de vie quotidienne. Tant qu’à être chez soi, autant améliorer ce que l’on peut. Et pour cela, beaucoup d’informations peuvent se trouver sur Internet. Marine B., qui travaille dans l’accessoire en pâtisserie et est éleveuse canin, prend du temps pour elle tous les jours afin de chercher sur le Net des idées afin d’améliorer son espace intérieur ou bien son mode de vie quotidienne. Elle qui est déjà friande de petites astuces et du « house made » n’en finit pas de trouver de nouvelles et bonnes idées !

Différente de la communication familiale dont nous avons déjà parlé, certains se servent des réseaux sociaux à destination d’un grand nombre qui ne sont pas spécialement des proches. Peut-être avez-vous suivi les « live at home » comme ont pu faire certains artistes français (Izia, Tryo…) ou internationaux (Chris Martin, Matthew Caws, Hayley Williams…). Un véritable festival a même été organisé par Stefani Germanotta, plus connue sous le nom de Lady Gaga : le One World : Together At Home Mais les vidéos à destination d’un public ne sont pas que le propre des artistes nationaux ou internationaux. Ceux-ci peuvent être là pour véhiculer un message. C’est là que nous citons Marny, médiatrice animalière et adepte des questions de retour au plus proche de la nature, qui propose à ses followers des vidéos quotidiennes de réflexion sur des thèmes qui lui tiennent, et leur tiennent, à cœur. Lundi 6 avril, par exemple il s’agissait de : « Comment en sommes-nous arrivés à ce que l’argent ait plus de valeur que notre propre santé ? ».

Durant ce confinement, nos habitudes liées à l’Internet ont changé. Une grande majorité de Français les a modifiées, de façon plus ou moins importante (que l’on parle d’une augmentation du temps passé sur Netflix ou bien d’une réelle mise à l’Internet pour certains).

Il sera intéressant d’observer et d’analyser ces mêmes attitudes dans les jours et/ou les semaines qui suivront le déconfinement…

Précédent
Suivant
Découvrez un article au hazard 🎲